Le mot du Président : 2014, une année de transition

« Vous n’avez pas raison parce que d’autres sont d’accord avec vous. Vous avez raison parce que vos faits sont exacts et votre raisonnement est juste. » Nous avons fait nôtre ce principe qui nous a guidés toutes ces dernières années.
Parce que Foncière INEA a été créée à partir de rien, ses fondateurs comme ceux qui les ont rejoints sont des gens de convictions. Conviction dans notre analyse du marché, conviction dans la qualité de nos actifs, conviction enfin dans la valeur de notre équipe.
Foncière INEA est une SIIC dédiée aux immeubles de bureaux en Régions. Début 2014, elle a réaffirmé cette stratégie au regard tant de la qualité du portefeuille constitué, que de la pertinence de son positionnement immobilier. Cette double analyse était partagée par les principaux actionnaires et le management.
Les paroles ont été suivies d’actes : 16 % du capital a changé de mains en 2014 et 42 % du dividende a été payé en actions. Un cœur actionnarial s’est ainsi constitué, composé à la fois d’institutionnels (41 %), de familles (22 %) et des fondateurs (15 %).
Le changement de gouvernance qui en a résulté fin novembre 2014 en était la suite logique : Foncière INEA a opté pour un conseil d’administration composé de ses principaux actionnaires et donc plus concentré, tout en respectant le code AFEP-MEDEF.
Dans un contexte économique pourtant morose, jamais depuis le début de la crise autant d’argent n’avait été investi en immobilier d’entreprises en France (26,6 Mds €). Recherche de rendement et volonté de préservation du capital investi expliquent cet afflux de liquidités. Les volumes investis dans les Régions ont ainsi cru de 50 % pour atteindre un montant de 7,4 Mds €, avec toutefois une différence notable par rapport aux marchés franciliens : la résilience des loyers. Le maintien de taux de rendement attractifs en Régions – autour de 6 % pour les actifs dits « prime » – devrait en faire une alternative réelle à des marchés classiques considérés comme chers aujourd’hui.
Énoncés en début d’exercice 2014, trois objectifs ont sous-tendu cette stratégie : recentrer le patrimoine sur les bureaux, réduire la vacance et abaisser le coût de la dette.
Au final, 2014 a constitué pour Foncière INEA une année de transition à plus d’un titre, puisqu’elle l’a été tant en termes de stratégie, d’actionnariat que de gouvernance.
D’un point de vue opérationnel, l’accent a été mis sur la rentabilité et la pérennité du patrimoine, via la réalisation des objectifs ci-dessus mentionnés. Si certains sont d’ores et déjà atteints, comme l’abaissement du coût de la dette, d’autres, plus dépendants de la conjoncture, restent d’actualité pour 2015 (l’amélioration du taux d’occupation).

À l’aune de ces réalisations, Foncière INEA anticipe une amélioration sensible de sa rentabilité et prévoit une progression de son résultat net récurrent par action de plus de 15 % par an sur la période 2015-2018.

 

— Posted on 17 mars 2015 at 4 h 59 min by